Le Forum des Khâgneux

Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance. (La Divine Comédie; Dante Alighieri -1472)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Suite du balançage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Léa



Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: Suite du balançage   Dim 10 Sep - 22:59



Un valet de comédie : Sganarelle


Il est présent dans vingt-six scènes sur vingt-sept. Il est, sur le plan théâtral un personnage burlesque, grotesque, ridicule. Son nom, inventé par Molière (semble-t-il d'après l’italien sgannare, dessiller, ouvrir les yeux), est né dans une farce et il est le personnage principal de cinq pièces de ce genre (Le Médecin volant, Le Cocu imaginaire, L'École des maris, Le Mariage forcé, L'Amour médecin ou Le Médecin malgré lui). Or ce nom est important car, si celui de Don Juan est stable (du moins en ce qui concerne ces deux vocables), la désignation du valet change et est donc révélatrice : presque féminin chez Tirso, il évoque le lièvre chez da Ponte. Néanmoins si ce nom suggère
la farce, Sganarelle est également le défenseur de certaines idées et des positions morales, sociales et religieuses bafouées par Don Juan.

I Le défenseur de la religion, de la morale et de la société

A Un croyant superstitieux
Il ne pense guère la religion qu'en termes de récompense et de châtiment. Il est toujours question dans ses paroles du Ciel et de l'Enfer : il dit sans cesse que le premier doit châtier Don Juan en l'envoyant dans le second, ce qui finalement se produit. Il n'évoque jamais Dieu ou le Christ.
Il partage les superstitions de son époque : le loup-garou (I, 1), le moine bourru (un lutin malfaisant et vêtu de bure censé courir dans les rues en hurlant pendant l'Avent). Il semble mettre d'ailleurs celui-ci au-dessus du Ciel et de l’Enfer : " Et voilà ce que je ne puis souffrir ; car il n'y a rien de plus vrai que le Moine bourru, et je me ferai pendre pour celui-là. " (III, 1)
Il est remarquable que, pour lui, la religion et la superstition soient indissociables.

B Un moraliste peu conséquent
Sganarelle défend la morale qui veut que l'on soit fidèle (I, 2), que l'on respecte ses promesses, son père, etc. Néanmoins il a lui-même des dettes, qu'il n'a pas non plus la moindre intention de régler.
En feignant de dénoncer Don Juan ou de le défier, il s'en rend d'ailleurs souvent complice : ainsi quand le séducteur promet le mariage à Charlotte et le prend à témoin, il répond ironiquement : " il se mariera avec vous tant que vous voudrez. " (II, 2). Il se moque de Don Juan bien sûr, mais en même temps il le soutient dans sa stratégie de séduction, car Charlotte ne peut pas comprendre le second degré.

C Un idéal d’honnête homme sans réalité
Lors de sa première apparition, il vante le tabac, non pas pour les bienfaits physiques qu'il était, à l'époque, censé procurer, mais parce qu'il crée des liens sociaux. Sans cesse il est du côté de ceux que Don Juan trompe, bafoue, et il les plaint, non pas tellement pour eux-mêmes, mais parce que chaque fois c'est une relation sociale qui est détruite. Cela est très net dans sa réplique finale, où il énumère les liens sociaux que Don Juan a brisés. Néanmoins il s'émeut assez facilement : " Pauvre femme ! " (IV, 6)
Plus que la réalité, c'est l'apparence que défend Sganarelle. Il se sent médecin dès qu'il est déguisé en docteur (III, 1). Il fait même des ordonnances.


II Un valet de comédie

A Il en a les défauts
Il est égoïste et jouisseur. Il entre en scène en déclamant les vertus du tabac. Il en sort en pleurant ses gages perdus. Il affirme par ailleurs qu'" il n'est rien tel en ce monde que de se contenter." (I, 2).
Il est également très lâche ; sur le plan physique, il craint les coups (la seule fois où il ne cède pas à Don Juan, c'est quand ce dernier veut qu'ils échangent leurs habits, il se cache pendant le combat de l'acte III ; le reste du temps il craint d'être frappé.) Mais il est également lâche moralement : sa conscience est élastique et il ne cesse de bafouer (en paroles et en servant Don Juan) les principes qu'il défend.
Il est ignorant et bête, et ne cesse de démontrer son ignorance en de longs discours où il mélange tout, foi, superstition, médecine, morale et peur du qu'en-dira-t-on. Il se vante en même temps d'être ignorant (III, 1) et étale mal à propos et toujours en désordre un pédantisme prétentieux.

B Il en a les finesses
Il sait jouer avec Don Juan, dont il a une connaissance approfondie. Il est capable de s'arrêter toujours à temps dans le reproche, ou de le déguiser suffisamment pour ne pas encourir ses foudres (IV, 5) ou ne pas être frappé. Il joue pour cela souvent sur les mots (IV, 5) ou sur l'énonciation (I, 2).
Par ailleurs il a un certain bon sens : " votre religion est donc l'arithmétique (III, 1) ". On a vu par ailleurs son goût pour l'ironie.

Conclusion
À son époque déjà les ennemis de Molière lui ont beaucoup reproché d’avoir fait défendre la religion par un personnage ridicule. Un ancien protecteur de Molière, devenu dévot, le prince de Conti, parle de Sganarelle en ces termes : " Après avoir fait dire toutes les impiétés les plus horribles à un athée qui a beaucoup d'esprit, l'auteur confie la cause de Dieu à un valet, à qui il fait dire, pour la soutenir,toutes les impertinences du monde. "
Et il est vrai que Molière ne cautionne pas plus Sganarelle que Don Juan en ce domaine. Il semble même les renvoyer dos à dos.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Suite du balançage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les films qui n'auraient jamais dû avoir de suite
» Problème de fuite d'huile suite descente trottoir
» [AIDE] Probleme messagerie vocale virtuelle orange suite au passage à Froyo
» Unknown Yet (->suite de "Dark Side")
» [Neville, Katherine] Le Feu Sacré (suite de "Le Huit")

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Khâgneux :: UTILISATION DU FORUM: A LIRE AVANT TOUTE INSCRIPTION-
Sauter vers: