Le Forum des Khâgneux

Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance. (La Divine Comédie; Dante Alighieri -1472)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 A rebours de Huysmans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Quentin+Héloïse=amour

avatar

Nombre de messages : 118
Age : 109
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: A rebours de Huysmans   Dim 1 Oct - 0:55

Bonjour à tous et à toutes.

Waou je suis sociable ce soir... Ca fait tout drôle. Ahoui c'est parce qu'il est bientôt minuit, je me transforme. bref, normal quoi !

Je ne me souviens pas de mes trois sujets, le troisième était quelque chose du genre : Roman et romanesque romantique. Pas captivant. Le second était amusant, c'était juste un mot du genre Hypocondrie... ou pas. bref, j'ai pris le 1: La descente aux enfers dans le bouquin de vos rêves.

A rebours ( et ratatam... )

Zut. Je me suis déjà totalement décrédibilisé, c'est malin.

Bonne lecture.

La descente aux enfers dans un roman moderne, à votre choix.

À rebours

Qu’est-ce qu’une descente aux enfers ?
C’est un mouvement ; translation du purgatoire terrestre vers la damnation souterraine, marquée par un caractère progressif et lançinant. Descendre aux enfers, c’est subir la décadence, ou la faire s’exercer sur soi.
Or, A rebours, comme son titre l’indique, est le récit de cette translation que l’on pourrait qualifier de translation verticale, de soi sur soi, ou plutôt de soi à un autre soi. Paradoxe inhérent au roman de Huysmans, ce mouvement se caractérise par une sorte d’immobilité terrestre, la quête est, par un mouvement ambivalent, une recherche de son intériorité par la projection dans l’extériorité de l’art, du futile. Des Esseintes va subir la souffrance d’un raffinement toujours renouvelé mais toujours insuffisant : raffiné son être en affinant son art. Cette quête impossible, voué à l’échec, tel le Baudelaire du Confiteor ou le Dorian Gray d’Oscar Wilde, est une projection vers un enfer inhumain, une perte de soi physique et morale. Et, et ce sera mon troisième axe, si la descente aux enfers place le personnage principale dans une situation de souffrance par l’impossibilité de son projet, elle le transforme aussi en une créature diabolique, immorale et maligne. Des Esseintes est instrument et acteur de sa propre décadence.
En Quoi le roman décadent A rebours incarne-t-il parfaitement l’idée d’une descente aux enfers ?

I – La descente

1°) Vient du latin : descendere. La construction du terme lui-même de-scendre semble indiquer et insister sur le fait que l’on quitte une position, que l’on part dans l’autre sens, dans le sens inverse où l’on s ‘était dirigé au départ. Des Esseintes décide, et c’est ce qu’il explique dans ce qu’on peut appeler la première partie de l’ouvrage, de changer de vie en se retirant dans sa maison de Fontenay. Il a trop perdu de temps et va faire l’inverse, plus d’occupation mondaine, perte de temps et d’énergie, il ne vivra que pour lui et son plaisir. Il part, à rebours.

2°) Mais cette descente n’est pas qu’un changement de vie, c’est aussi aller à rebours de ce que les usages décrètent, de ce que veut la mode. Des Esseintes ne cesse de se définir par rapport aux autres , comme s’il cherchait à aller toujours contre la mouvance principale. Il suffit d’observer à ce sujet le temps qu’il met à choisir la couleur de son bureau dans le chapitre sur les couleurs, justement, définissant chaque couleur avec science et surtout, par les différents personnages qui aiment ces couleurs. Le bleu est justement la couleur du littéraire timoré alors que le rouge est la couleur franche mais encore, cela dépend de la teinte. Il choisira la plus rare.

3°) Mais la descente c’est surtout la décadence : -> vie recluse, le plus possible. Ne veut voir personne ( histoire de la servante qui passe devant sa fenêtre et qu’il affuble d’une somptueuse robe pour ne pas la voir elle). Et s’adonne aux vices – ses contacts sociaux de plus en plus exigeant se limitent à ses besoins à son propre plaisirs de plus en plus exigeant…Attitude consumériste – Des Esseintes consomne l’autre et se consume.
« En même temps que s’appointait son désir de se soustraire à une haïssable époque d’indignes muflements, le besoin de ne plus voir de tableaux représentant l’effigie humaine tâchant à Paris entre quatre murs, ou errant en quête d’argent par les rues, était devenu pour lui plus despotique. »

LIAISON SUR L’insatisfaction et cette idée de l’esclave des passions

II – La souffrance ressentie par cette impossible quête

Si descente aux enfers il y a, c’est parce que Des Esseintes est esclave de ses sens, passions et moindres désirs.

1°) Sens : L’orgue à bouche. Chapitre sur les odeurs -> ses sens se détraquent. Odeur de frangipane. Il en est tellement dépendant, il les sollicite tant et dans un but si crucial pour lui que ça devient dangereux. On pense au confiteor de l’artiste : « L’étude du beau est un duel où l’artiste crie de frayeur avant d’être vaincu ». On pense à l’état final de Baudelaire…Mutique et sourd et tout ça… Il se crée un enfer assourdissant : « Il avait voulu, pour la délectations de son esprit et la joie de ses yeux, quelques œuvres suggestives le jetant dans un monde inconnu, lui dévoilant les traces de nouvelles conjectures, lui ébranlant le système nerveux par d’érudites hystéries, par des cauchemars compliqués, par des visions nonchalantes et atroces. Entre tous, un artiste existait dont le talent le ravissait en de longs transports, Gustave Moreau : la Salomé. »
Courte étude plastique du style.

2°) Passion : L’épisode de la tortue -> toujours insatisfait.
L’anecdote de la tortue constitue à de nombreux égards une métaphore de la destinée du personnage principal : il fait incruster dans la carapace d’une tortue des pierres précieuses, mais celle-ci meurt sous le poids des joyaux.
Recherche de la femme parfaite qui est trouvé un court temps en la personne d’une jeune artiste (cf. La fanfarlo de Baudelaire ) Hallucination avec l’apparition de la syphilis personnifié ! Véritable folie ! Episode de Madame Urania.

3°) Désirs : l’épisode du départ en Angleterre : quelle folie lui prends ? Douleur physique et risque d’infection. Finalement il part pas.

Ainsi la descente des enfers consiste en une perte au monde lorsque l’individu n’est plus du tout maître de lui même, qu’il est victime d’une hybris incontrôlable, de passions impossible à assouvir, que ses sens le trahissent définitivement. La seul solution telle qu’on la perçoit à la fin du roman est de stopper net cette quête, de quitter Fontenay, le risque étant, de très près, la mort.

Mais Des Esseintes n’est-il que victime de cette descente aux enfers ? N’est-il pas lui-même démoniaque ? N’est-pas ce qui différencie une décadence « normal » d’une véritable descente aux enfers au sens religieux ? Des Esseintes n’est-il pas concrètement attiré par l’enfer ?

III – La transformation

1°) Goût pour la Salomé de Moreau : tableau extrêmement sombre – d’un baroquisme qui rappelle les peintures des enfers par Bosch ou les Capriccios de Goya. Des Esseintes semblent aspirer à rentrer dans un enfer tel qu’il est représenté dans la chrétienté, il ne s’agit pas seulement de l’enfer au figuré. Et il décrit cette peinture avec une acuité absolument fasciné.
Courte étude du figuré.

2°) immoralité avec l’épisode du jeune enfant qu’il perverti
Inspire Wilde. Relation de Dorian avec son mentor, qu’il va dépassé. On a d’un côté l’image d’une moderatio, une sagesse chez l’homme âgé, ce lord, qui sait vivre et parler avec le détachement de l’art sans en devenir l’esclave et il ne se rend pas compte de l’effet produit sur Dorian, qui finit par en mourir, telle une Madame Bovary, insatisfait et rattrapé par des ses crimes.

3°) Des Esseintes : prêtre sataniste. Cf. oeuvre de huysmans.

(là j'étais à la bourre et bourre et ratatam...)

CONCLUSION : improvisation rock’n roll !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quentin+Héloïse=amour

avatar

Nombre de messages : 118
Age : 109
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: Re: A rebours de Huysmans   Lun 16 Oct - 18:59

Mais quel talent ! Quel génie ! Bouabouabouaboua !

"Elève toi toi qui est élève sous ton toit de glaise qui parfait prends l'eau cuite"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quentin+Héloïse=amour

avatar

Nombre de messages : 118
Age : 109
Date d'inscription : 12/09/2006

MessageSujet: Cossec   Sam 25 Nov - 16:49

Je me demande quand il compte rendre les copies. C'est toujours ludique d'essayer de deviner ou il peut bien en etre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre_admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 975
Age : 28
Localisation : Originairement de la rive sud, t'entends? RIVE SUD!!!11!!
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: A rebours de Huysmans   Dim 26 Nov - 17:45

sympa le petit message caché


mais quentin : il n'a pas commencé!
c'est CA le plus drole !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A rebours de Huysmans   

Revenir en haut Aller en bas
 
A rebours de Huysmans
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A rebours - Huysmans
» Joris-Karl Huysmans
» ELECTION DU GOUVERNEUR DE L' EQUATEUR: LE COMPTE A REBOURS
» [SOFT] MON eSABLIER 2.0 : Compte à rebours [Gratuit]
» Problème bannière compte à rebours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des Khâgneux :: UTILISATION DU FORUM: A LIRE AVANT TOUTE INSCRIPTION-
Sauter vers: